trouble
558 Visualisations

CG : nm

S : OMS – http://www.who.int/whr/2001/media_centre/press_release/fr/ (consulté le 22.11.2015) ; OMS – http://www.who.int/features/qa/55/fr/ (consulté le 22.11.2015) ; AXA – http://www.axaprevention.fr/applications-services/maladies/troubles-maladies-courantes/Pages/default.aspx (consulté le 21.10.2014).

N : 1. Du latin turbula, « petite foule », de turba, « tourbe » (Wallon, trouf ; picard, troube, trouble), avec changement de genre. L’adjectif « trouble » remonte au latin populaire turbulus, d’après turbulentus. On le trouve d’abord sous la forme tourble, par exemple dans la Chanson de Roland.
2. Déficience d’une fonction dont une personne a sujet de se plaindre, compte tenu de ses manifestations: douleur, gêne à l’accomplissement de gestes ou de fonctions usuels, etc.
La notion de trouble est essentiellement subjective, elle vise plus une fonction que l’anatomie (une amputation n’est pas un trouble) ; elle est à l’origine de la plupart des appels au médecin. Le trouble s’oppose au signe qui est objectif. Syn. symptôme.
3. Médecine > Sémiologie et Pathologie : Perturbation d’une fonction physique chez une personne.
On parlera par exemple de troubles cognitifs, de troubles métaboliques, de troubles érectiles ou de troubles développementaux.
On emploie le plus souvent trouble au pluriel pour désigner la « perturbation d’une fonction », le singulier étant plutôt employé pour désigner une « atteinte du fonctionnement psychique ».
Bien que le terme désordre soit employé, en langue courante, pour désigner le présent concept, dans le domaine de la médecine, il désigne un déséquilibre dans le fonctionnement d’un système (désordre psychomoteur, désordre immunitaire, désordre électrolytique).
4. Psychologie et Médecine > Psychiatrie : Atteinte du fonctionnement psychique.
Les troubles n’ont généralement pas d’étiologie bien définie, au contraire des maladies qui, elles, ont des atteintes physiques clairement circonscrites.
On parlera, par exemple, de trouble panique, de trouble obsessionnel-compulsif, de trouble bipolaire ou de trouble de la personnalité.
5. Le terme désordre, calqué sur l’anglais disorder, ne s’intègre pas au système linguistique du français. En effet, désordre n’a pas en français le sens d’« atteinte du fonctionnement psychique ».
6. Cooccurrences ou collocations dans le domaine de la Médecine :

  • léger, grave, passager, permanent.
  • causer, dépister, produire un trouble ; avoir, présenter des troubles de (la vue, etc.) ; souffrir d’un trouble.

S : 1. http://www.culture.gouv.fr/culture/dglf/francais-aime/Mini-sites/%E9tymologie.htm (consulté le 21.10.2014) ; LITTRÉ – https://lc.cx/o8Vy (consulté le 21.10.2014) ; FCB. 2. DAM – http://dictionnaire.academie-medecine.fr/?q=trouble (consulté le 24.02.2018). 3 à 5. GDT – http://www.granddictionnaire.com/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=8408326 ; http://www.granddictionnaire.com/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=26532590 (consulté le 11.05.2015). 6. DC – https://lc.cx/o8Vz (consulté le 11.05.2015).

SYN : dysfonction (en fonction du contexte)

S : GDT – http://www.granddictionnaire.com/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=8408326 (consulté le 24.02.2018)

RC : agueusie, alcoolisme, anomalie, anosmie, anxiété, ataxie, autisme, déficience, dysphorie de genre, embonpoint, épilepsie, insomnie, maladie, micropsie, obésité, phénomène de Raynaud, somnambulisme, syndrome, syndrome d’Asperger, syndrome de Diogène, syndrome de Kleine-Levin, tabagisme, toxicomanie, trouble bipolaire, trouble déficitaire de l’attention, trouble de la personnalité narcissique, trouble de stress post-traumatique, trouble obsessionnel compulsif, ubiquitine.